Emilie

Cannes 2018: Penélope Cruz et Swarovski

Un évènement était très attendu lors de ce festival de Cannes, la présentation de la collection de joaillerie Atelier Swarovski Fine Jewelry dessinées par la célèbre actrice Penélope Cruz. Présentation qui a ébloui tout le monde: on découvre une collection épurée créée à partir d’or éthique et de pierres précieuses de synthèse. Preuve que l’on peut parvenir à mixer glamour et préservation de la planète afin d’éveiller les consciences.

Et c’est en juillet prochain que l’actrice présentera, pendant le bal de la haute couture, sa toute première collection de bijoux.

Des bijoux qui sont nés d’une amitié et de la volonté de deux femmes de protéger la planète. Nadja Swarovski, qui est la petite, petite fille du fondateur Daniel Swarovski a crée en 2007 Atelier Swarovski, des bijoux et accessoires en cristal, dessinés en collaboration avec les plus grands artistes de notre génération. Dix ans plus tard, elle lancait sa première ligne «Created Diamonds», des diamants et pierres précieuses synthétiques fabriquées en laboratoire.

Dans une interview, Nadja Swarovski explique:

« Vous savez, porter le nom de l’entreprise, me rend responsable. Nous avons investi dans la voie du développement durable avec conviction et engagement. La Maison Swarovski est très axée sur les nouvelles technologies. Il y a environ dix ans nous pensions qu’extraire le plomb de notre cristal, nous prendrait une vingtaine d’années, deux ans ont suffi. Réaliser des changements positifs n’est finalement pas si long. Innover, trouver des solutions, c’est la force de nos ingénieurs. Il ne faut que quatre semaines pour fabriquer un diamant de culture, dans un réacteur à haute température. Une base 100% carbone placée artificiellement pendant plusieurs jours dans des conditions qui reproduisent la température et la pression d’une profondeur de 100 kilomètres ! Nous ne fabriquons pas les diamants. D’autres entreprises le font. Nous travaillons aussi avec des producteurs d’or éthique, comme cette formidable mine au Pérou. Ce sont des éleveurs d’Alpaga qui ont récemment découvert de l’or sur leur terre ! Ils produisent seulement 5 kilos par an. Le métal est d’autant plus précieux ! Nous nous basons sur des chaînes de production commerciales transparentes. Avec des communautés locales qui peuvent vivre décemment de leur travail et être acteur de leur modèle de développement. Nous sommes très vigilants sur les droits humains et vérifions qu’il n’y ait pas de travail d’enfants. »